Le paso doble

Le nom paso-doble signifie littéralement « deux pas », probablement parce cette danse est basée sur une simple marche stylisée. C’est dans le contexte des corridas d’Espagne (qui existent depuis le XVIIe siècle) qu’il faut situer les origines du paso-doble. L’entrée des toreadors dans l’arène était accompagnée d’une musique au rythme marqué et au style martial. Au début du XIXe siècle, une danse se développa sur cette musique et dans cet esprit de corrida, lutte entre l’homme et le taureau. Le paso-doble est associé à une mise en scène où l’homme joue le rôle du toréador et la femme joue le rôle de la cape (déjà dit auparavant)… C’est pour cela que « l’habit de lumière » et l’attitude macho correspond bien au cavalier et la robe rouge et l’attitude provocante correspond à la cavalière.

Le Paso doble est une danse typiquement espagnole. le caractère de cette danse est arrogant et passionné. Ce style de danse fut à la mode autour de 1920. Le Paso doble est l’une des danses les plus simples à apprendre au départ. Le pas de base est en effet un simple pas de marche. La tenue du couple est classique, mais il faut ensuite, pour adopter le style typique du paso, se souvenir que le danseur y joue le rôle du torero et la femme, celui de… sa cape. De la marche militaire, dont le paso-doble tire ses lointaines origines, la danse a conservé une posture droite et digne. Beaucoup de ses pas tiennent d’ailleurs de la marche, parfaitement cadencés par une musique au caractère martial dont le rythme est clairement marqué. Les mouvements du paso-doble sont par ailleurs très répétitifs.

La posture est digne, mais elle invite le cavalier à être légèrement dominateur. Le paso-doble passe partiellement pour être une pantomime de la corrida, où le guideur se transforme, le temps d’une danse, en torero, pendant que le guidé, docile, devient entre ses mains la cape dont il use pour toréer. Un ballet se noue alors avec un taureau imaginaire dont les assauts semblent marqués par la musique. La scène finale du film « Ballroom Dancing » symbolise bien cet état de fait. L’ensemble de la danse consiste donc en un jeu entre le danseur, sa danseuse et le taureau imaginaire.

Le rythme du paso-doble est strict et parfaitement marqué. La musique, hispanisante, propose souvent des chants inspirés du flamenco qui invitent les danseurs à se lancer dans des rotations.C’est en France que le paso doble se répand dans les salles de bals populaires. C’est pourquoi, dans le paso doble tel qu’on le connaît aujourd’hui, plusieurs figures portent des noms français : « sur place », « déplacement », « huit », « écart » (venant d’écarter), « appel », … Le tempo idéal du paso doble est de soixante mesures à la minute.

Source : Le paso doble