La rumba

La rumba naît à La Havane et Matanzas au milieu des années 1800 dans les milieux afro-cubains. Le mot « Rumba » désigne les fêtes nocturnes où on se rassemble pour chanter et danser. Vers 1930, le son cubain est renommé rhumba aux États-Unis, sous l’impulsion de Xavier Cugat, et la rumba devient une danse de salon, qui fera partie des danses latines en danse sportive (malgré son nom, elle se danse plutôt sur des boléros cubains ou mexicains).

Dans sa forme actuelle, les figures de base gardent les vieilles images des intentions féminines de dominer les hommes par leurs charmes. Durant une bonne chorégraphie de rumba, on devrait toujours voir les éléments d’attraction et de rejet entre l’homme et la femme. Les mouvements érotiques et sensuels de la femme obtiendront une réponse de désir et de domination masculine ; c’est l’homme qui gagne toujours à la fin. La rumba s’apparente au cha-cha-cha avec un pas de moins. Le sentiment prédominant ici est l’amour et la sensualité.

La rumba se danse un peu partout dans le monde aujourd’hui. Elle est appréciée dans beaucoup de pays et des cours de rumbas sont disponibles dans beaucoup de villes.

Source : La Rumba